RAINOV Boyan, BOYAN dit

ŒUVRES

BIOGRAPHIE

Issu d’une grande famille bulgare d’artistes et d’intellectuels, Boyan RAINOV (1921-2005) a quitté la Bulgarie en 1945 au lendemain de la 2nd guerre mondiale et des nouveaux « partages » du monde.

Il est le fils de Nikolai Rainov (1889-1954) qui fût un fameux artiste bulgare, écrivain, chercheur et théoricien de l’art, longtemps professeur et directeur du département d’histoire de l’art de l’Académie des Arts, traducteur et linguiste. Il participa à la création de l’art moderne Bulgare au début du vingtième siècle. Auteur de plus de quatre-vingts ouvrages, dont la plupart traitent de théories et d’histoire de l’art, ainsi que des monographies et des essais.

Son fils, Boyan Rainov est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Sofia. Il quitte la Bulgarie pour la France en 1945 ou il vécut jusqu’à sa mort en 2005. Participant activement à la vie culturelle parisienne. En 1946, il participe à une exposition de peintures consacrées au livre de Paul Eluard, La Belle et la Bête, préfacé par Jean Cocteau.

En 1963, il participe à « l’exposition des sept tendances de la sculpture moderne » -une exposition des plus grands courants de la sculpture européenne moderne, avec Jean Arp, Alberto Giacometti et d’autres. La même année, il reçoit le premier prix de l’exposition internationale de sculpture de Monte Carlo pour son œuvre《Les Enlacés》. La France lui montre un grand intérêt, à tel point qu’en 1982 à l’occasion de son soixantième anniversaire, la poste créa un timbre à l’effigie de son œuvre《La Famille》. Les sculptures monumentales《La Famille》,《Amitié entre les peuples》et《La Ville》sont installés sur trois places de Paris. Jusqu’à sa mort il ne retourna jamais en Bulgarie et ne revit jamais son père.

De toutes ses amitiés avec des artistes et des intellectuels, celle avec René CHAR est la plus marquante et la plus significative. Cette amitié fut presque fraternelle. Il illustra d’ailleurs de nombreux ouvrages et poèmes de CHAR et ce dernier fit souvent le commentaire ou l’éloge des sculptures de son ami.

Les ZERVOS eurent également une grande proximité avec lui et prirent une part active à son succès. Ce merveilleux artiste est aujourd’hui à redécouvrir et sa double appartenance à l’histoire artistique française et à l’histoire de la Bulgarie lui ouvre un avenir plein de promesses solidement ancré sur un passé déjà glorieux.

Son œuvre est un témoignage fort de ce que le XXème siècle a permis aux sculpteurs de créer.  

EXPOSITIONS

2017.09.23 – 2017.10.10
Shanghai, Chine