ŒUVRES

BIOGRAPHIE

Né à Szeged en Hongrie, Jozsef Alexandre CSAKY (1888-1971) entre dès l’âge de quatorze ans à l’Ecole Supérieure des Arts décoratifs de Budapest. Mais sa nature indépendante le pousse rapidement à la quitter, accompagné de son ami Gusztav Miklos, pour apprendre notamment la taille directe sur pierre sur des chantiers de construction.

L’artiste en quête de perfection artistique, grand admirateur du travail de Rodin, s’installe à Paris à l’été 1908 et prend ses quartiers à « la Ruche » l’année suivante, rejoint pendant un temps par Miklos puis Archipenko.
Son talent de sculpteur est mis en lumière pour la première fois lors du Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1910 grâce à une Tête de femme dont la facture académique annonce son goût pour les pro ls aux lignes épurées et aux accents cubistes.
Créateur prolifique, CSAKY participe en 1912 au premier Salon de la Section d’Or sous l’égide de Marcel Duchamp et aux côtés d’artistes majeurs tels que Brancusi, Léger ou Picabia.

Entre 1914 et 1919, le jeune hongrois s’engage au sein de l’armée française et signe à son retour un contrat d’exclusivité avec le grand marchand Léonce Rosenberg, défenseur du cubisme qui voit déjà en lui ce pionnier de la sculpture moderne. Attaché à la forme et à la géométrie de l’espace, CSAKY transforme ses dessins puissants en sculptures et bas-reliefs architecturaux aux accents antiques presque rigides.
La femme et la silhouette humaine en général sont alors ses thèmes de prédilection. Porté par l’idée que le regard de l’artiste est l’expression directe de la beauté en ce qu’elle a de profond et spirituel, il réinterprète les courbes et les angles de ses sujets jusqu’à figurer une forme de mystère.
La Critique ainsi que les collectionneurs du monde entier reçoivent ses œuvres avec enthousiasme.

Dès 1923, fort de son identité artistique singulière, l’artiste explore le thème de l’animal. Fauves, oiseaux, poissons et chevreuil ou cerfs deviennent sous sa pointe des créatures aussi légères que puissantes. Son talent de sculpteur sensible à la matière donne naissance à un bestiaire aux traits purs et aux lignes af nés pour n’en garder que la force brute, parfois cubiste.
Il réalise en 1926, au cœur de sa période Animalière, un Cerf en marbre blanc, représentatif de l’étendue de son talent. Présentée de pro l, avec des parties pleines et des vides, il repose sur une base ornée d’éléments décoratifs architecturés qui ancrent cette pièce dans le style Art Déco. La force de la pierre ainsi que son éclat irisé confortent l’élégance naturelle de l’animale que CSAKY traduit avec brio dans un mouvement à la fois dynamique et figé.

A cette époque, la rencontre avec Marcel Coard, décorateur, amorce un tournant dans l’œuvre de l’artiste. Le sculpteur crée alors des ornements sculptés pour des meubles conçus en collaboration.
A partir de 1928 et jusqu’à la n de sa vie artistique, les courbes de ses sculptures se font plus souples et sensuelles. L’expression de son interprétation artistique se fait plus sensible et moins représentative.

CSAKY participe en 1930, en tant que membre fondateur, à la première exposition de l’Union des Artistes Modernes (U.A.M) avec les frères Martel, de Charlotte Perriand ou encore Sonia Delaunay.

En 1937, il est sollicité dans le cadre de l’Exposition Internationale des Arts et Techniques de Paris a n de concevoir des pièces monumentales pour le Pavillon de l’Elégance ainsi que l’esplanade du Pavillon de l’U.A.M.
Dans les 15 ans précédant sa mort en 1968, CSAKY réalise des œuvres de commande pour l’Etat français telles que les bas-reliefs de l’école de garçons et de filles d’Amiens et une version en bronze de la Figure habillée qui rejoint les collections nationales.
L’artiste achève sa carrière par la conception de Neufs muses grecques, qui devaient décorer la façade d’un édifice à Budapest mais qui ne vit malheureusement pas le jour.

Les œuvres de Joseph CSAKY, longtemps moins connu que ses pairs, sont aujourd’hui présentées dans les plus grands musées du monde entier à l’image de sa Tête Cubiste que l’on peut retrouver dans les collections du Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou.

EXPOSITIONS

2018.09.22 – 2018.10.12
Paris, France
2018.06.20 – 2018.08.30
New York, USA